FacebookTwitter

Sur la route de Caïn – Ep 10

Share On GoogleShare On FacebookShare On Twitter

Après vous avoir parlé du titre et de la quatrième de couverture, vous vous doutiez bien que j’allais finir par en venir à la couverture, non ?

Comme je l’ai déjà évoqué dans l’épisode 3 de cette série sur Caïn, il y a eu plusieurs couvertures envisagées sans qu’aucune ne me convainque vraiment. A contrario du titre qui lui me plaisait mais que je trouvais assez peu accrocheur. Par conséquent, le défi suivant, en plus du titre, fut donc de déterminer ce que j’allais bien pouvoir mettre en première de couverture.

J’avais toujours eu envie d’y voir Caïn. Pourtant, mettre le sujet de son livre en premier plan est à double tranchant. Certes, on définit clairement qui est le personnage principal, mais à moins de faire un casting pour trouver le candidat parfait, il y a toujours une différence plus ou moins marquée entre ce qu’on décrit dans son récit et le personnage sur la première de couverture. Tout du moins, tant qu’il n’y a pas eu d’adaptation cinéma. Aujourd’hui, par exemple, Lestat c’est Tom Cruise et Harry Potter Daniel Radcliff pour tout le monde ou presque 😉

Mais Caïn est encore très loin des plateaux de Cinéma donc il me fallait me méfier. Et puis, parviendrais-je à avoir le rendu que je voulais – à savoir du mystère et un minimum d’angoisse – avec la photo d’un garçon de six ans en couverture ? J’en doutais.

J’ai eu aussi envie de mettre la devanture du centre 27-A au premier plan, ou du moins sur une large portion de la couverture. Une vieille bâtisse dans la pénombre, ça marche à tous les coups. Mais cette fois, j’avais peur de sombrer dans le thème maison hantée et fantôme, ce qui est très loin d’être le cas.

Je pense avoir de l’imagination, mais d’un point de vue graphique, j’ai un peu plus de mal. Sans compter que je ne suis pas toujours capable de rendre à l’écran ce que j’ai en tête. En bref : il me fallait de l’aide. Vous le savez si vous me suivez depuis quelques temps, j’ai pas mal travaillé avec des dessinateurs d’horizons variés. Mais je ne voulais pas de dessin pour cette couv, je voulais quelque chose qui soit plus dans l’air du temps. Quelque chose qu’on a l’habitude de voir en librairie et qui se démarque suffisamment pour être visible sans être pour autant un OVNI total. Avec le temps, j’ai découvert que les couvertures dessinées appellent plus un public jeune (pré ado) qui imagine trouver un manga. Or ma cible, pour une fois, n’est pas vraiment les ados mais les jeunes adultes. Il me fallait donc changer de style pour avoir une chance de les convaincre à la couverture. Ou du moins les attirer.

Après quelques recherches, j’ai donc décidé de travailler avec 2Li, cabinet qui a travaillé aux couvertures SFFF de Evidence éditions, entre autres. J’aimais bien leur travail et leurs tarifs étant tout à fait abordables, je leur ai proposées de réaliser la couverture de Caïn. Le problème était cependant toujours le même : je n’avais pas de réelle idée de ce que je souhaitais. Nous avons donc un peu échangé sur le sujet et Leslie m’a fait quelques propositions rapidement. Elle avait su retranscrire la bonne ambiance avec une facilité déconcertante (comme quoi c’est un métier !) et ses propositions m’ont vite permis d’y voir plus clair. J’ai pu commander des modifications pour coller au plus près à l’histoire et en mixant deux propositions, nous avons pu obtenir un résultat convainquant.

La version finale n’est pas encore disponible parce que la mise en page n’étant pas encore réalisée, l’épaisseur du livre n’est pas encore déterminée, cependant, vous pourrez la voir bientôt 😉

Les choses prennent forme 🙂

Mise à jour du 26 septembre 2018 : La couverture est prête !

Cain - Couverture

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *