FacebookTwitter

Mon premier roman

Aaah, notre premier écrit. Il a toujours une place particulière dans notre cœur. Quelle qu’en soit la raison, on ne le traite jamais pareil. Après tout, c’est certainement comme notre premier amour ou notre premier enfant, un souvenir irremplaçable quoi qu’il advienne, un moment de bonheur, de joie, bref : que du positif…

Les obstacles à la confiance

On pourrait croire qu’un auteur autoédité, qui fait tout le travail d’édition tout seul ou presque, est une personne plutôt sûre d’elle et confiante. Ce n’est malheureusement pas souvent le cas…

La joie des salons

À la demande générale de Mayou (sur Wattpad), je vais un peu vous parler des salons. En route pour une visite guidée de l’envers du décor des salons littéraires ou acceptant les auteurs indépendants…

Le doute

Être auteur indépendant, c’est avant tout travailler seul, la plupart du temps. Si la solitude n’est pas forcément un problème, en particulier pour la partie création, elle peut devenir gênante lorsqu’il s’agit de prendre des décisions. Dois-je sortir ce bouquin, ou celui-ci ? Le public sera-t-il réceptif ou pas ? Dois-je prendre ce risque financier ou pas ?

Pourquoi choisir d’être écrivain à plein temps ?

Les temps sont durs. C’est la crise. La France va mal. La dette s’accentue, tout comme le chômage Si on écoute un peu les informations, rien ne va plus sur Terre et en France en particulier. Et malgré tout, il y a des gens qui lâchent leur boulot pour devenir écrivain. Un des rares métiers que personne ne prend vraiment au sérieux. Pourquoi faire une telle chose ? Parlons-en.

Pourquoi ?

C’est probablement une des questions les plus importantes au monde : pourquoi ?

Dans mon cas, on va préciser un peu : pourquoi vouloir être auteur indépendant aka autoédité ?

C’est une question qui revient souvent lorsque je discute avec des gens autour de mon métier. Après tout, tout le monde sait que le métier d’auteur n’est pas nourrissant, ou très peu, alors pourquoi en plus décider de se passer d’une maison d’édition. Question suivante, puisque je suis auteur hybride et que j’ai donc un éditeur (au moins), pourquoi m’entêter à ne pas travailler avec lui ?